19 déc. 2013

Couloir Nord du pic de Font Nègre

En face le Pic Font Nègre et son couloir Nord bien visible

On va pas s'ennuyer !
Même s'il fait mauvais et que l'on sait bien que les conditions ne sont pas bonnes, Romain a envi d'aller faire de la montagne. Ça me motive aussi et le coin de Porté-Puymorens/Andorre est parfait pour faire les voies en dry quand la glace n'est pas là.
Nous partons récupérer Bruno chez lui et c'est à 3 que l'on se dirige vers le pic Font Nègre. On monte à ski et le poids des sacs se fait sentir! Nous attaquons la voie sur les coups de midi. Les deux vieux sont plus si jeune que ça c'est dur le réveil...

Romain se bat avec les bouchons de neige

Premier bloc coincé

Romain démarre par une longueur d'approche, c'est ensuite la première longueur qui grimpe avec un bloc coincé. Il fait mauvais et comme prévus il n'y a pas de glace mais surtout de bons bouchons de neige que Romain commence à creuser et déblayer. Une belle longueur!
La troisième longueur est à nouveau pour Romain, au programme bouchons de neige et un nouveau bloc coincé plus physique à passer bien sympa encore!

Départ de la troisième longueur
Bruno sous le second bloc coincé




Je prends la tête a cet endroit, Bruno est le local du coin il a déjà fait la voie plusieurs fois et laisse grimper les jeunes! Une longueur intermédiaire en neige nous conduit au pied d'une super cheminée assez longue et continue. Vraiment classe, pas très dure mais jamais facile, ça prend du temps.

La belle longueur cheminée

Ambiance du Ben aujourd'hui !

Ensuite une grande longueur en neige où nous brassons bien nous conduit à une brèche et une dernière longueur de mixte nous mène au sommet du pic à 2877m. Il est 17h30 et il commence à faire nuit.
Nous rejoignons nos skis par une arête et un couloir de descente.

En arrivant à la brèche sous le sommet



Retour de nuit!
Le retour à la voiture en ski de nuit dans le brouillard est bien marrant! Une super journée bien cool et bonne ambiance avec les deux guidos! La ligne est très esthétique et logique avec des passages vraiment sympas! Dans ces conditions ça devait faire M5 max pour 300m de couloir.
 Nous avions un bon jeu de coinceurs et de friends, quelques pitons. La voie n'est pas très équipée à part quelques pitons dans les longueurs et certains relais.

3 déc. 2013

Premières sorties





Avec les premières bonnes chutes de neige de ce mois de novembre, on en a profité pour faire nos premières traces en ski de la saison!
Et quelle saison: 4 mois sans neige seulement!
Une dans la station de Piau car le reste surement trop dangereux. Ensuite en Ariège au pic saint Barthelemy par les Mont d'Olmes et le Pic des trois Seigneurs.
Bien sympa maintenant on attend de nouvelles chutes!

10 nov. 2013

Latin Brother, Montrebei

Juan dans la jolie seconde longueur, en bas les dégâts de l'éboulement dont nous avions été témoins ici.

On change les cordées et c'est cette fois avec Juan que nous allons grimper. Toujours en paroi de Catalogne dans la très belle et classique Latin Brother 500m, 6a obligatoire 7a max.
Elle fut ouverte en 1981 par Lluis Baciero, Santi Marzo et Enric Renom. Grande ouverture pour l'époque, c'est cette année là qu'à Montrebei on quitte les grandes lignes de faiblesse évidentes pour les grands murs compacts et impressionnants. La ligne est très bien trouvée et louvoie entre belles fissures, diedres et dalles compactes le tout dans du rocher vraiment sain : le top à grimper!

3ème longueur 6a



13ème longueur, une dalle technique très jolie!

Cette fois il y a pas mal de matos: tous les relais sont en place plus pas mal de pitons dans les longueurs, ce qui permet de grimper plus décontracte. Et c'est une bonne occasion pour Juan de grimper en réversible. Il se débrouille nickel dans les longueurs en V+/6a de Montrebei qui ne sont jamais données!
Toutes les longueurs sont belles à part l'avant dernière. On fait tout en libre, les deux longueurs en 7a sont magnifiques: la première bien conti est vraiment très belle! La seconde plus bloc est superbe aussi. Bref le top, on sort en 7h, la vue est toujours aussi belle et dégagée ici.

Pour le matos un jeu classique jusqu'au 4 avec des tailles moyennes doublées.

Le premiers 7a: conti !


Mais tout ça était trop beau pour être vrai : nous tapons mal un rocher sur la piste avec le camion. Bilan les deux jantes du Calif bien attaquées, un pneu à plat et le deuxième en mode crevaison lente... Ce n'est plus qu'une question d'heure pour celui-ci et nous n'avons forcément qu'une roue de secours comme tout le monde...(=échec!) Le plan galère qui ne peut arriver que dans ce genre de situation! On fait donc une croix sur le jour férié du lendemain et c'est parti pour un retour tardif sur Toulouse en mode escargot... Ça tient et on arrive à 4h du mat' sans encombre un peu fatigués quand même oui oui!

Je souhaite un bon rétablissement à notre chère Calif pour de nouveaux weekends bien sympas: vive le Crew!


9 nov. 2013

Marquise, Montrebei

Seconde longueur, jolie 6b

Montrebei est vraiment un endroit magique! Et nous en avons bien profité ce weekend: côté Prado, la vue, les couleurs et le calme en font vraiment un endroit apaisant...
Avec Pelo nous sommes allés grimper la voie Marquise 430m 6b obligatoire et 7a max. C'est une belle voie de caractère! Typique de Montrebei, de beaux passages d'escalade en fissure et cheminée intérieure, même spéléo, il y a vraiment peu de matériel et la moitié des relais à monter complètement. Par contre pas mal de zone à mauvais caillou: vigilant!
C'est une équipe de Français qui a ouvert cette voie en 1978: Michel Fabbro, Pierre Viorrain et Raymond Despiau. Cette même équipe qui est récemment allée grimper aux Collegats (le 6 octobre) et où Raymond Despiau est décédé à l'âge de 78 ans. Un petit clin d’œil à cette figure emblématique des Pyrénées.

Derrière Pelo, une énorme aiguille qui ne demande
qu'à partir...
9éme longueur, cheminée intérieure

La longueur crux en 7a est vraiment magnifique, d'abord une superbe fissure continue puis une section un peu bloc bien sympa, ça fait bien.
La belle longueur en 7a




En matos prendre du coup pas mal de friends un jeu jusqu'au 4 avec violet vert rouge en double. Bon jeu de cablés ou des petits alien en double. Nous n'avions pas de pitons mais en cas de but ils sont obligatoires.

Raymond Despiau



23 oct. 2013

L'inachevée, la Jonte

Pelo sort du toit de la troisième longueur

Mercredi nous sommes allés dans les gorges de la Jonte avec Juan et Pelo. Très belle endroit surtout à cette saison: les couleurs changent. Et en plus pas très loin d'Albi.
L'inachevée nous motivée depuis longtemps. Le fait d'avoir fait beaucoup de fissures aux Etats-Unis et aussi d'apprendre que c'est Jacques et Bruno Prat qui avaient ouvert cette voie nous ont enfin décidé à y aller!
Et oui, peut être en 1975, Jacques et Bruno accompagnés de Jean Pierre Sirven, Tony Bedel, André Buissiere et Jacques Lacaze sont allés ouvrir cette magnifique ligne de fissure en artif. C'est plus tard que ça c'est fait en libre: quatre longueurs pour 150m très homogènes 6c+/7a/7a+/7a.

Fin de la première longueur: ça verrouille !

C'est une très belle voie à faire! La première longueur réveille bien à froid ensuite c'est un très beau dièdre continu de 50m suivi d'une troisième longueur belle et impressionnante. La quatrième fini par une section rési/bloc pas facile à vue.
Ne sachant pas trop j'avais pris deux jeux jusqu'au 3 plus violet/vert/rouge en triple. En fait il y a quelques pitons et lunules dans les longueurs. Deux jeux c'est bien pour être serein après à vous de vour jusqu'où vous voulez engager...


12 oct. 2013

Voyage au Yosemite !



Et voilà nous sommes rentrés et c'est le moment de raconter nos aventures. Il vaut mieux à chaud tant elles sont nombreuses! C'est vrai que de partir un mois, même si je trouve ça court après coup, permet de faire beaucoup de chose!
Déjà le voyage a été à la limite d'être annulé avec le Rimfire: deuxième plus gros feu de Californie qui a démarré dans le parc du Yosemite en août. Heureusement en périphérie de la vallée, mais les dégâts sont considérables...


Les collègues de Groveland



Dès notre arrivée nous démarrons fort en explosant la voiture de loc' après seulement 3h sur le sol Américain... On se dit que le voyage va être riche en émotions!
En fait avec le décalage horaire ça faisait bien 30h qu'on était debout. Il fallait rouler jusqu'à Mariposa, un bled à 1 heure du parc. Après coup je pense qu'il vaut mieux prendre une nuit dans un hôtel de San Francisco histoire de pas passer de longues heures au téléphone à essayer de comprendre la compagnie d'assurance...
Au final, rien de très grave, juste le pare-choc défoncé. Là bas les stops ne sont pas très bien indiqués..! Et avec la fatigue en plus, j'ai vu tout ça au dernier moment. Le Mexicain qui était devant nous pourra le confirmer...
Avec la barrière de la langue, ça n'a pas été simple de tout gérer, mais tout c'est bien négocié et nous avons repris la route sur les coups de 2h du mat' sois 6h après l'accident et quasi 40h après notre réveil en France: fatigué!






Colombia proche de Big Oak Flat, une ville des années 1850 reconstituée


 Bref après cette petite péripétie, on a profité d'être à Mariposa pour tourner dans le coin, vers Big Oak Flat où l'arrière grand père de Jacot (par alliance) avait émigré pour tenter de faire fortune: la ruée vers l'or avait enflammé le monde dans les années 1850. Décédé en 1860 nous avons essayer de retrouver sa trace.


Après une première visite du parc en mode touriste, nous sommes allés "grimper" pour la première fois: Northeast buttress à Highter Cathedral Rock. En fait juste Jacques puisque à la première longueur, un bloc de la taille d'un énorme camping car américain (ici tout est gros de toute façon...) c'est décroché du haut de la falaise soit 400m au dessus de nous. Il a explosé a mon goût trop tôt, après 100m de chute, et j'ai bien cru qu'on allait ramasser du débris. La peur a vite fais place à l'instinct de survie, je me suis abrité tant bien que mal derrière ce que j'ai trouvé pendant que Jacot se faisait tout petit dans un dièdre en plein milieu de sa longueur.
Le reste du camping car s'est écrasé dans un fracas épouvantable détruisant tout au pied de la paroi et nous plongeant dans un épais nuage de poussière.
Cet épisode de guerre nous a un peu refroidit on a préféré rester sage! Désormais, le petit sentier d'approche est un peu plus évident car d'énormes arbres ont été fendu net par les blocs..

Le nuage c'est déjà bien dissipé...

Après la voiture et cet épisode on a commencé à douter, mais le lendemain tout c'est bien passé et nous avons fait Serenity Crak décrite ici.

Après ça nous avons déménagé dans le parc. Nous logions à 10min de Mariposa à Yosemite Bug un camping très sympa pas chère. Dans le parc nous sommes allés à Housekeeping Camp, un camping plus chère mais très confortable. De là nous avons pu grimper plus et rentrer dans notre voyage, le rêve a bien démarré! Les voies se sont enchaînées avec toujours du repos derrière. Nous avons fait:



Le salon de Yosemite Bug

Notre camp de base dans le parc



-Central Pilar of Frenzy ici à Middle Cathedral Rock
-Une grande aventure dans la Steck-Salathé ici à Sentinel Rock

Ici Nico et Lionel nous ont rejoint dans le parc après un séjour aux Needles, un endroit sauvage au sud de la Californie qui à l'air fantastique! Du granite jaune pour des voies plutôt courte.

-A nouveau une super aventure dans la Regular Rout  ici au Half Dome


Bonne équipe !

-Un peu de couenne ici pour progresser en technique de fissure
-The Rostrum ici en libre
-Et enfin une étonnante aventure dans The Rostrum ici!





Comme je l'ai décrit dans l'article du Nose, le Shutdown américain a bloqué le pays et encore maintenant!
Après la voie nous sommes retournés à Yosemite Bug pour se reposer et espérer la réouverture du parc. Toujours rien. Il était autorisé de traverser le parc, nous y sommes donc retournés pour visiter Tuolumne Meadows. Un secteur plus en altitude vraiment très beau et beaucoup plus sauvage que la vallée avec de la belle escalade et un granit différent. Nico et Lionel y ont grimpé et ont été vraiment emballé. Par contre avec l'altitude il faut y grimper plus tôt en saison car plus froid et risque de neige.
Après ça on a tué les journées comme on pouvait, nous sommes rentrés à San Francisco où l'on a un peu visité puis retour en France.



Tuolumne Meadows



Ce qu'il y a à rajouter c'est la sympathie des américains, ou en tout cas des Californiens. Toujours près à rendre service, à vous aider même si vous n'avez rien demandé. On parle facilement et le stop marche sans problème!
Autre chose qui fait bien plaisir c'est de voir toutes ces cordées au sommet d'El Cap. Très souvent des gars en solitaire. Un qui sortait au bout de 9 jours d'une voie d'artif! Ils se mettent l'usine à gaz les types et c'est cool de voir ça. Pareil pour le Half Dome, on a grimpé avec une cordée de deux soeurs dont la plus jeune qui ne grimpe que depuis 3 ans. Elles ont réussit en deux longues journées félicitations à elles!



Le mot de la fin c'est merci Jacques. On a tout les deux réalisé un rêve: en venant ici pour moi, et pour lui en revenant après 40 ans et en réalisant de vieux projet qui lui tenaient à cœur! De très belles voies, de belles aventures, beaucoup de rires et de conneries! Ça a vraiment été du plaisir de grimper avec toi mon pote!

A la prochaine le Yosemite!




Jacques de retour au Yosemite après 40 ans !